Le test de Papanicolaou acceptable

Société canadienne de cytologie

Journal de l'Association médicale canadienne 1994; 150 : 25



Le but premier du frottis cervico-vaginal exfoliatif est de détecter la dysplasie spinocellulaire et l'épithélioma intraépithélial. Le test de Papanicolaou acceptable sans équivoque est celui qui a détecté une lésion dysplasique; les frottis "négatifs" comportent un risque limité de non-détection de la dysplasie.

Les lésions néoplasiques spinocellulaires du col de l'utérus proviennent de la zone de transformation. Par conséquent, les méthodes de cytologie exfoliative sont plus sensibles lorsqu'on s'efforce d'effectuer le prélèvement dans cette zone. La zone de transformation migre vers le haut avec l'âge et, chez la plupart des femmes ménopausées, elle se situe dans la cavité du col de l'utérus. On devrait effectuer des prélèvements exfoliatifs directs sur le périmètre entier du col de l'utérus. Le site de la jonction entre les cellules squameuses et cylindro-cubiques peut varier, et les médecins devraient donc effectuer des prélèvements au bon endroit.

La présence, dans le frottis, de cellules endocervicales ou métaplasiques démontre que le prélèvement a été effectué dans la zone de transformation. La glaire cervicale est un indicateur médiocre de la présence de cellules provenant de la zone de transformation.

La présence de cellules cylindro-cubiques endocervicales ne peut toutefois établir à elle seule si le test de Papanicolaou est acceptable, car elle ne garantit pas qu'un bon frottis du périmètre entier a été obtenu. Par ailleurs, mal utilisés, les instruments servant aux prélèvements dans la cavité du col de l'utérus peuvent produire des frottis sous-optimaux faussés par du sang et des fragments cellulaires épais impossibles à interpréter. Les frottis composés surtout de cellules endocervicales peuvent aussi constituer un prélèvement médiocre de la zone de transformation lorsqu'on se retrouve face à une éversion importante de la muqueuse du col utérin.

Un système d'information où sont consignés les résultats d'examen permet de comparer tout frottis récent avec les précédents et de retracer les prélèvements de la zone de transformation sur plusieurs tests de Papanicolaou successifs.

Pour déterminer si les frottis de Papanicolaou sont acceptables, nous présentons les recommandations suivantes.

Même si l'on se demande si le test de Papanicolaou est acceptable, la cause principale de l'échec des programmes de dépistage du cancer du col de l'utérus demeure le faible taux de participation et de recrutement. La meilleure façon d'utiliser les ressources consisterait à corriger cette lacune plutôt qu'à multiplier les prélèvements chez les femmes qui ont déjà participé au programme.

Il faudrait en outre encourager les travaux de recherche sur les techniques de laboratoire rentables qui maximisent l'efficacité des frottis cervico-vaginaux.


Avertissement

Ce guide de pratique clinique est publié à titre d'information uniquement. Ce document ne remplace en rien les conseils d'un professionnel de la santé compétent ou la recherche indépendante, ni n'est-ce là son objet. Sa consultation ne dispense pas non plus le lecteur d'exercer son jugement. L'AMC compte sur les auteurs des GPC pour l'avertir quand les guides deviennent désuets, et elle reçoit d'eux les mises à jour appropriées. L'AMC n'assume aucune responsabilité relativement à des renseignements périmés, à des erreurs ou à des omissions dans le guide de pratique, ou à l'utilisation de l'information qu'il contient.


RETOUR