Faut-il continuer à prescrire systématiquement du fluor chez l'enfant ?

(Revue Prescrire n° 162 p 381 de Mai 1996)

1) Un apport excessif en fluor (> 2 mg/j) peut induire une fluorose dentaire

(lésions de l'émail dentaire , puis taches opaques ou blanchâtres , puis

jaunâtres ou brunâtres, érosion et pertes de substance) .

2) Trois consensus Canadien et Européen, préconisent

Avant 3 ans
. Si l' eau contient plus de 0, 30 mg/l : pas de supplémentation
. Si < 0,30 mg/l, apport de 0,25 mg /jour de 6 mois à 3 ans

A partir de 3 ans
Si > 0,30 mg/l, pas de aupplémentation ou au plus 0, 50 mg par jour

Si < 0,30 mg/l, apport sytématique de 0,50 mg par jour
A partir de 6 ans
Si < 0, 3 mg/l, apport de 1mg par jour

Si entre 0,3 et 0,6 mg/l, apport de 0 ,5 mg

Si > 0, 60mg/l, pas d' apport

 

3) Conseils pour la région


Teneur Connue :0.35 mg/l

Utilisation d'un sel de cuisine fluoré

Eviter l' usage d' une pate dentifrice fluorée avant 6 ans

  1. Fluor à disposition

zymafluor => 4 gouttes = 0,25 mg

=> cp à 0, 25 et 1 mg
Fluor Monal => cp à 0, 50 mg

Fluorex => 1 ml = 0,9952 mg
Fluorure de Ca Crinex => cp à 0,513 mg

 

 

PRESCRIPTION DE LA VITAMINE D

En France , elle repose toujours sur des circulaires ministérielles( 21/02/63, 06/01/71 ). Tout nourrisson doit recevoir de la naissance à 18 mois, 800 à 1200 ui par jour (600 à 2000 ui pour les enfants de peau noire ou foncée ) ; puis pendant les mois d'hiver jusqu' à 5 ans, à l' aide d'ampoules à fortes concentrations.

En pratique .

STEROGYL 1 goutte = 400 ui

3 gouttes par jour pendant 18 mois, puis 1 ampoule de 200 000 ui tous les 3 mois .

ZYMAD2 1 goutte = 300 ui

4 gouttes par jour (8 si peau noire ), puis 1 ampoule de 80 000 ui

tous les 2 mois => l8 mois, puis 1 ampoule de 300 000 ui à l' automne.

UVESTEROL D

1 dose L = 800 u i ,

1 dose 1 = 100 ui ; 1 dose 2 = 1500 ui

AUXERG YL D3

1 ampoule de 200 000 ui tous ls 6 mois

UVEDOSE

1 ampoule de 100 000 ui tous les 3 mois .

 

CARENCES EN FER

Le fer entre dans la composition de nombreuses molécules . l'hémoglobine, ferritine, hemosidérine, myoglobine, cytochromes etc.

La carence en fer est le déficit nutritionnel le plus répandu dans le monde particulièrement dans

les pays en voie de développement, mais elle n'épargne pas les pays industrialisés. Elle affecte

électivement les enfants car la vitesse de croissance est rapide. 22 % des nourrisons de 10 mois

ont un taux d'hb <1 19 ; 19 % à 2 ans.

Cette carence est plus importante chez les enfants de mère immigrée ou multipare .

Manffestations de la carence

Anémie microcytaire, arégénérative avec un fer sérique bas, un coefficient de saturation

de la transferrine bas et une ferritine basse.

Fatigue et diminution de la résistance à l'effort, par le biais de l' anémie mais aussi par

la déplétion en fer et donc de la myoglobine et des cytochromes du muscle

Diminution des performances intellectuelles et modiflcation du comportement

Indépendamment même de l' anémie.

Besoins en fer du nourrisson :

Le nouveau né à terme a un stock de fer d'environ 300 mg. Jusqu'à 8 semaines de vie,

ses besoins sont couverts par l'alimentation naturelle ou artificielle, d'autant qu'il existe une

hémolyse physiologique qui libère pas mal de fer. Mais dès l'âge de 2 mois les besoins vont

devenir importants de l'ordre de 1 mg/jour.

Le lait de femme apporte 0,4 à 1,5 mg/litre avec une absorpsion intestinale de 50 %. L'apport

en fer est donc insuffisant.

Le lait de vache apporte 0,2 à 0,6 mg/l avec une absorption de 10 à 20 %, ce qui est encore

plus insuffisant. Il faut donc apporter une supplémentation de 10 mg au minimum si l'on se

base sur une absoption de 10 %.

Selon les directives françaises et européennes les laits 1 et 2 âge sont supplémentés

(respectivement par 0,5 à l,5 mg de fer /100 cal pour le 1er âge et 1 à 2 mg/ 100 cal pour le

2ème âge). mais insuffisamment pour couvrir les besoins du nourrisson

En conclusion, il faut supplémenter en fer

les nourrissons allaités au sein ou au lait de vache non enrichi : 2 à 2,5 mg/kg/j jusqu' à

ce que l' alimentation soit suffisamment diversifiée.

Les nourrissons nourris au lait supplémenté, s'ils n' ont pas d' apport de viande

chez l'enfant et chez l'adolescent des apports de 10 mg/j sont également

recommandés Il faut se méfier à tout âge notamment si l'alimentation n'est pas équilibrée et

chez l' adolescente (règles).

Le dépistage est avant tout clinique, par l'interrogatoire sur les modes d'alimentation.

Sur le plan biologique on peut utiliser:

La ferritine, moins coûteuse, et s'abaissant plus

précocement : un taux< 12 ng / ml indique une carence. Mais elle peut être prise en défaut,

notamment chez le nourrisson car elle augment avec l'inflammation.

Taux Nal chez l'enfant:

< 1 an : 10-150 ug/l

> 1 an : 15-300ug/l

Ou bien la NFS moins précoce mais qui donne aussi d'autres renseignements.

 

 

 

 

Prévention systématique de la maladie hémorragique du nouveau-né

par administration de vitamine K 1

Propositions de la Revue Prescrire N° 183 287-290

 

 

Avant la naissance

.Mères traitées pendant la grossesse par certains antiépileptiques ou antibiotiques (a)

=> Voie orale, vitamine K1 Roche° comprimés à 10 mg: 1 à 2 cp par jour durant le dernier mois de la grossesse.

A la naissance :

.Nouveau-né à terme en bonne santé:

=> Voie orale, vitamine K1 Roche° 20 mg/ml émulsion buvable, 2 gouttes

.Nouveau-né à risque : prématurité, pathologie néonatale, traitement maternels par certains antiépiléptiques ou antibiotiques ( a)

=> Voie Intramusculaire, vitamine K1 Roche° 10 mg/ml solution injectable 0.5 à 1mg

 

Par la suite.

.Nouveau-né en bonne santé

=> pas de nouvelle administration de vitamine Kl

 

. Nouveau-né en bonne santé et allaitement maternel représentant plus de 50 % de l'alimentation

=> Voie orale, vitamine K1 Roche° 20 mg/ml émulsion buvable, 2 à 5 gouttes 1 fois par semaine durant la durée de l'allaitement maternelle.

 

 

. Pathologie digestive ou Hépatique ( atrésie des voies biliaires, malabsorption, etc.), mucoviscidose, traitement antibiotique prolongé.

=> Voie orale ou intrmusculaire selon le contexte; par exemple pour l'atrésies des VB => Voie Intramusculaire, vitamine K1 Roche° 10 mg/ml solution injectable 10 mg toutes le 2 semaines.

 

 

a- li s'agit principalement de certains antiépileptiques (phénobarbital (Gardénal ou autres) primidone (Mysoiine°), carbamazépine (Tégrétol°), phé- nytoine (Di-Hydan°)) et de certains antibiotiques antituberculeux (rifampicine (Rifadine°, Rimactan°, en association dans Rifater° et Rifinah°)). Le risque de maladie hémorragique du nouveau-né est mentionné dans le résumé des caractéristiques des spécialités correspondantes. Par ailleurs, il est officiellement recommandé d'éviter les antivitamine K pendant les 15 derniers jours de la grossesse

 

RETOUR