accueil          Réglementation, législation         Conclusion          Bibliographie

Qu'est-ce su'un additif ?           Conséquence sur le corps humain et la santé

 

3. Les conséquences sur le corps humain et la santé.

Avec la participation de Cécile De HAUTECLOQUE, médecin allergologue au CHU de Creil

 

       
         Manger, pour la majorité des individus, ne représente presque aucun risque, mais chez certains patients, manger est considéré comme une tache compliquée et astreignante, où vigilance et observation sont des facteurs importants. En effet on comptabilise un pourcentage d'environ 2% de la population qui serait allergique à certains aliments ou à leurs composants.
       On ne parle bien sûr que de moyenne ici puisque l'on peu observer que chez l'enfant la proportion d'allergie alimentaire est un peu plus forte, environ 5%.
       Mais toutes ces données ne concernent que les allergies alimentaires en générales. Pour ce qui est de celles aux additifs, elles ne représentent que 1% des allergies alimentaires. Le plus souvent les réactions aux additifs sont des intolérances.
       Nous verrons donc ici tout d'abord ce qu'est une allergie et puis nous définirons ce qu'est une intolérance, et pour finir nous essayerons de déterminer en conclusion l'importance des risques des additifs ainsi que comment s'en prévaloir.

 

          Les allergies :

       Les additifs alimentaires ne sont généralement pas nocifs pour la santé dans les conditions spécifiques d'utilisation autorisées. Cependant depuis quelques années beaucoup d'inquiétudes sur le potentiel allergisant des additifs de la part des consommateurs ont suscitées de nombreuses recherches scientifiques. C'est pourquoi nous nous sommes intéressé aux allergies et plus précisément à leur déclenchement et leurs réactions. Nous ferrons ensuite le parallèle avec les additifs.
      L'explication de cette réaction immunitaire étant particulièrement complexe nous avons pris ici la liberté de simplifier quelques éléments pour rendre notre explication plus compréhensible.

       Une réaction allergique, ici alimentaire, se caractérise par une réaction de défense immunitaire hyper développée d'un individu à la suite d'une exposition ultérieure à un antigène donné. Le premier contact avec l'organisme à lieu au niveau de cellules spéciales appelées plasmocytes. Ces sont ces cellules qui sont à l'origine de la production des immunoglobulines E, appelées plus communément IgE. Cette production est activé par l'allergène, et est automatiquement dirigée contre celui-ci. Les IgE circulent alors dans tous le corps et vont se fixer sur un type particulier de cellules, les mastocytes. On dit alors que les mastocytes sont sensibilisés à l'allergène. Les mastocytes quant à elles, sont des cellules contenant des granulocytes capables de libérer de l'histamine en réponse à la fixation d'un allergène sur ses IgE.

       Au deuxième contact, il y a une reconnaissance par les IgE à la surface des mastocytes de l'allergène, ce qui entraîne une activation de la cellule. Les mastocytes vont alors vider leurs granules, libérant alors l'histamine dans le sang, l'histamine étant un puissant vasodilatateur responsable des manifestations allergiques. On peut donc comprendre maintenant pourquoi les médicaments contre l'allergie sont des anti-histaminiques !!

       Tout ce processus va donc entraîner les symptômes de l'allergie que nous connaissons. Nous les avons regroupés dans le tableau ci-dessous.

SYMPTOMES DES ALLERGIES ALIMENTAIRES

Respiratoires

 

Nez qui coule ou congestion nasale
Éternuement
Asthme
Toux et râle

Cutanés

 

Gonflement des lèvres, de la bouche, de la langue, du visage, de la gorge.
Urticaire
Éruptions ou rougeurs
Démangeaisons
Eczéma

Gastro-intestinaux

 

Crampes abdominales
Diarrhée
Nausée
Vomissement
Coliques
Ballonnement

Systémiques

 

Choc anaphylactique (choc sévère généralisé) qui s'accompagne d'une diminution sévère de la tension artérielle pouvant mener à l'arrêt cardiaque, si de l'adrénaline n'est pas rapidement administrée pour ouvrir les voies aériennes.

dème laryngé qui est une obstruction des vois respiratoires par un dème au larynx.

dème de Quincke qui se matérialise par un gonflement quasi total des partie du corps huamin.


       On peut donc voir grâce à ce tableau que parfois même les réactions engendrées par l'allergie peuvent produire des réactions très violentes, voire même mortelles comme le choc anaphylactique ou l'dème de Quincke.

       En résumé, après le deuxième contact entre les IgE, fixées sur les mastocytes et se trouvant à peu près partout dans le corps humain, et l'allergène il y a une activation des cellules qui vont alors vider leurs granules, libérant ensuite l'histamine qu'ils contiennent. De plus, suite à cette réaction immunitaire, les plasmocytes vont produire de plus en plus d4IgE qui vont se fixer sur d'autres cellules ce qui va donc engendrer une réaction immunitaire en chaîne.
       Enfin on peut terminer en disant que les réactions allergiques sont des réactions spécifiques .

       Après de nombreuses études, les recherches scientifiques ont relevé que seulement trois additifs pourraient provoquer des réactions allergiques dans le corps humain. Ces trois additifs sont les sulfites , les glutamates et le rouge de cochenille . Mais bien sur on peut ajouter que ces additifs ne sont pas les seuls puisqu'il en est de même pour tous leurs dérivés mais aussi pour d'autres qui n'ont pas été véritablement identifiés tels que « provoquant des allergies ». Mais de toute façon ces réactions allergiques sont propres à chaque individu, c'est pourquoi l'on peut être allergique au rouge de cochenille tandis que notre frère ne l'est pas. Cela recoupe alors les lois de l'allergie en général : chacun n'est pas allergique au mêmes choses et d'ailleurs heureusement, car imaginez que nous soyons tous allergique au rouge de cochenille contenu dans le ketchup !!

 

          Les Intolérances :

       Nous venons de démontrer ci-dessus que les additifs pouvaient déclencher des réactions allergiques, mais la réaction la plus fréquente produite par les additifs et une réaction d'intolérance alimentaire. En effet après notre entretien avec le docteur Mme DEHAUTECLOQUE, docteur au CHU de Creil, nous avons pu évaluer que le plus grand risque de réaction était bien un risque d'intolérance.

       Tout notre corps humain est régit par un système enzymatique qui dégrade des substances pour les transformer en protéines. L'intolérance alimentaire n'est pas le résultat de la mise en marche du système immunitaire mais généralement d'un déficit enzymatique. Certaines substances comme les additifs peuvent interférés et bloquer ce mécanisme enzymatique. Cela peut alors produire des réactions nocives au niveau du corps humain. Par exemple, il peut y avoir une accumulation des substances qui devraient être dégradées ou encore, les enzymes peuvent aller perturber une autre fonction de notre corps humain. Cependant cette réaction d'intolérance n'interfère pas que sur les enzymes.
       L'intolérance alimentaire n'est pas une réaction spécifique , elle est imagée comme un grain de sable dans un rouage.




       L'allergie aux additifs alimentaire, réaction immunitaire, ne représente que 1% seulement des allergies alimentaires. Le plus souvent les réactions aux additifs sont des intolérances.

       Il n'y a pas de détection réelle possible pour savoir si nous sommes ou pas réactif à certains additifs, mais l'on a établi que lorsqu'un individu est déjà sujet à des allergies alimentaires autres que des allergies aux additifs, il est plus susceptible d'être aussi allergique aux additifs puisque le corps humain est déjà habitué à produire facilement des IgE.

       Enfin, il est tout de même possible de mettre en évidence par des tests cutanés les IgE spécifique aux sulfites ou au rouge de cochenille. Cependant, il n'existe aucun test pour détecter l'allergie aux glutamates. De plus pour ce qui est de s'en prévenir, il n'existe aucun traitement radical, comme la désensibilisation pour les allergies en générales, et donc les patients sensibles à certains de ces additifs ne peuvent donc que compter sur eux même ou sur l'aide d'un diététicien pour apprendre à lire les étiquettes et donc éviter les aliments contenant les additifs auxquels ils sont allergiques, ou dans un cas plus grave, entamer un régime d'éviction. Cependant dans la majorité des cas il suffit simplement de bien lire les DJA indiquer sur les étiquettes et, si besoin est, de réduire les prise de cet aliment pour éliminer les risques de réaction nocives.

       Pour finir on pourra se demander si dans un cas extrême, et après de plus amples recherche scientifiques, il serait possible qu'un jour on découvre que les additifs seraient capables d'engendrer un cancer si les DJA ne sont pas respectées ou même si tout simplement avec le temps, les additifs n'ont pas un effet dévastateur dans notre corps humain.

Réalisé par CORDIER Juliette, TOIZAT Pauline, DEFOURNIER Mélanie